Mon approche en thérapie comportementale et cognitive (TCC)

Mon approche en thérapie comportementale et cognitive (TCC)

Quelle que soit l’ampleur du problème, de la condition, de la phobie, du trouble ou de la dépendance, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est une méthode de traitement psychothérapeutique fondée sur des preuves qui peut vous aider à modifier vos réactions négatives face à des situations inconfortables.

Il est fort probable que vous ayez déjà vu cette méthode de traitement mentionnée dans un article sur le web ou sur notre blog ou que vous connaissiez quelqu’un qui en a bénéficié.

Il s’agit d’une méthode de traitement populaire en raison de son coût abordable, de son horizon de traitement à court terme et de son efficacité étayée par des données empiriques.

Avant de plonger la tête la première dans cette forme de thérapie, considérez les informations ci-dessous sur ses utilisations prévues et ses principaux avantages.

C’est parti !

Au sujet de la thérapie comportementale et cognitive


La thérapie cognitivo-comportementale est un type courant de psychothérapie.

Elle consiste à travailler avec un thérapeute agréé et digne de confiance de manière très structurée pour aider à mieux gérer les situations stressantes de la vie.

L’accent est mis sur le traitement des problèmes d’une personne et sur l’amélioration de son bonheur par une meilleure gestion des émotions, des comportements et des schémas de pensée dysfonctionnels.

Elle est axée sur la recherche de solutions, et de nombreux thérapeutes encouragent leurs patients à remettre en question les cognitions déformées et à modifier les comportements destructeurs tout au long du processus.
Cette forme de traitement peut être expérimentée seule ou en combinaison avec d’autres types de thérapie, et constitue un moyen efficace de traiter un large éventail de problèmes de santé mentale:

  • Gestion des symptômes de la maladie mentale,
  • Prévention d’une rechute des symptômes de la maladie mentale,
  • Traiter une maladie mentale lorsque les médicaments ne sont pas une option privilégiée,
  • Apprendre des techniques pour faire face à des situations de vie stressantes,
  • Identifier les moyens de gérer les émotions inconfortables,
  • Résoudre les conflits relationnels et améliorer les compétences en communication,
  • Faire face à un deuil ou à une perte,
  • surmonter les traumatismes émotionnels liés aux abus ou à la violence,
  • Faire face à une maladie physique,
  • Gérer la douleur chronique ou d’autres symptômes médicaux.

De plus, ce type de thérapie peut être bénéfique pour certains types de troubles mentaux, notamment :

  • Dépression,
  • Troubles de l’anxiété,
  • Phobies,
  • SSPT,
  • Troubles du sommeil,
  • Troubles de l’alimentation,
  • Troubles obsessionnels compulsifs (TOC),
  • Troubles liés à la consommation de substances,
  • Troubles bipolaires,
  • Schizophrénie,
  • Troubles sexuels.

Dans certains cas, la TCC est plus efficace lorsqu’elle est associée à d’autres traitements, comme les antidépresseurs ou d’autres médicaments comme la paroxétine (utilisée contre les crises d’angoisses et de paniques).

Le plus souvent, je préconise une approche pluridisciplinaire (prise médicamenteuse, psychothérapie, coaching en TCC).

Il y a t’il des risques ?

En général, il y a peu de risques à suivre une thérapie cognitivo-comportementale.

Mais il se peut que vous vous sentiez parfois mal à l’aise sur le plan émotionnel.

En effet, la TCC peut vous amener à explorer des sentiments, des émotions et des expériences douloureuses. Il se peut que vous pleuriez, que vous soyez bouleversé ou que vous vous mettiez en colère pendant une séance difficile. Vous pouvez également vous sentir physiquement épuisé.

Certaines formes de TCC, comme la thérapie d’exposition, peuvent vous obliger à vous confronter à des situations que vous préféreriez éviter, comme les avions si vous avez peur de voler.

Cela peut entraîner un stress ou une anxiété temporaire.

Cependant, le fait de travailler avec un thérapeute compétent minimisera les risques. Les techniques d’adaptation que vous apprenez peuvent vous aider à gérer et à vaincre les sentiments et les peurs négatifs.

mon approche en thérapie comportementale et cognitive

Comment s’y préparer ?

Vous pouvez décider par vous-même d’essayer la thérapie cognitivo-comportementale et c’est d’ailleurs dans la majorité des cas ce qu’il se passe.

Voici comment débuter :

  • Le coaching (pour plus d’informations, cliquez-ici).
    En trouvant un thérapeute par vous-même, par exemple par l’intermédiaire d’une association de psychologie locale ou nationale ou en effectuant des recherches sur Internet.
  • Passez en revue vos préoccupations avant votre premier rendez-vous et réfléchissez aux problèmes sur lesquels vous aimeriez travailler. Bien que vous puissiez également régler ces questions avec votre thérapeute, le fait d’avoir une idée à l’avance peut constituer un point de départ.

Point important : vérifier les qualifications du professionnel

« Psychothérapeute » est un terme général, plutôt qu’un titre de poste ou une indication d’éducation, de formation ou de permis d’exercer.

Les psychothérapeutes sont par exemple des psychiatres, des psychologues, des conseillers professionnels agréés, des travailleurs sociaux agréés, des thérapeutes conjugaux et familiaux agréés, des infirmiers psychiatriques ou d’autres professionnels agréés, comme les coachs ayant une formation en santé mentale.

à qui la thérapie comportementale en cognitive est-elle destinée ?


Comme c’est le cas pour tout type de thérapie, la thérapie cognitivo-comportementale peut être efficace pour certaines personnes et ne pas l’être autant pour d’autres.

De manière générale, la TCC fonctionne le mieux dans les cas où les médicaments seuls ne sont pas complètement efficaces pour traiter certaines réactions.

En outre, comme elle peut être menée à bien dans un laps de temps relativement court, elle fonctionne bien en prévision d’événements ou d’expériences sensibles au facteur temps, ainsi que dans différents contextes thérapeutiques, notamment la thérapie en ligne et la thérapie de groupe.

Le fait d’être motivé pour apprendre des stratégies pratiques et les mettre en œuvre dans la vie quotidienne peut également contribuer à son succès.

En revanche, si vous n’êtes pas en mesure de vous engager dans le processus, la TCC a moins de chances d’être efficace.

Elle exige une coopération totale pour assister à des séances de thérapie régulières, ainsi que la capacité d’effectuer un travail supplémentaire entre les séances y compris la confrontation d’émotions et d’anxiétés éventuellement difficiles.

Étant donné que l’accent est mis sur la modification de votre capacité à vous aider vous-même, elle n’est pas en mesure d’aborder les problèmes plus larges qui ont un impact négatif sur vous.

En outre, la structure de ces séances peut ne pas convenir aux personnes ayant des besoins de santé mentale plus complexes ou des difficultés d’apprentissage.

À quoi pouvez-vous vous attendre ?


Mon accompagnement en thérapie comportementale et cognitive peut vous permettre de participer à une TCC si vous vivez dans une région où les ressources locales en matière de santé mentale sont rares.

Il faut savoir également que la thérapie cognitivo-comportementale peut se faire en tête-à-tête ou en groupe avec des membres de la famille ou avec des personnes qui ont des problèmes similaires.

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’un groupe de soutien est souvent un facteur de réussite essentiel pour certains individus.

La T.C.C comprend souvent :

  • L’apprentissage de votre état de santé mentale,
  • L’apprentissage de vos réactions psychiques et physiologiques,
  • La sollicitation plus importante du néocortex, pour générer des pensées alignées avec la réalité,
  • Apprendre et pratiquer des techniques telles que la relaxation, l’adaptation, la résilience, la gestion du stress et l’affirmation de soi.

Il est donc évident que cette thérapie permet (en plus de vaincre ses symptômes en devenant peu sensible à eu), d’avoir une vie bien plus épanouie !

Exemple d’une séance de TCC ou d’un accompagnement en ligne

Qu’elle s’effectue en ligne via mon accompagnement ou en cabinet, les points abordés sont les mêmes.

Lors de votre première séance (ou au départ de l’accompagnement), nous recueillerons des informations sur vous au sujet des préoccupations sur lesquelles vous aimeriez travailler.

je vous amènerai également à vous poser des questions sur votre santé physique et émotionnelle actuelle et passée, afin de mieux comprendre votre situation.
Nous ferons également le point sur votre prise médicamenteuse et si vous percevez des effets bénéfiques.

Il se peut que nous ayons besoin de quelques séances (ou de temps complémentaire lors de l’accompagnement en ligne) pour bien comprendre votre situation et vos préoccupations, et pour déterminer le meilleur plan d’action.

Pour simplifier l’approche et l’accessibilité de la TCC et comme je l’ai abordé précédemment, j’ai donc décidé de mettre en place un accompagnement en ligne où je vous prends par la main, accessible 24h/24 et 7J/7 !

Que se passe t’il pendant le durée d’une TCC ?

Je vous encouragerai à parler de vos pensées, de vos sentiments et de ce qui vous préoccupe.
Ne vous inquiétez pas si vous avez du mal à vous ouvrir à vos sentiments.

Vous gagnerez peu à peu confiance en vous.

La TCC se concentre généralement sur des problèmes spécifiques, en utilisant une approche axée sur les objectifs.
Au cours du processus thérapeutique, je vais vous demander de faire des devoirs, activités, des lectures et des pratiques qui s’appuient sur ce que vous apprenez au cours de votre accompagnement en thérapie.

Je vous encouragerai évidemment à appliquer ce que vous apprenez, directement dans votre vie quotidienne.

Quelles sont les 5 étapes de mon approche en tant que Coach Comportemental ?

tcc henri hélias

Mon approche en TCC comporte ces différentes étapes :

  • Vous allez dans un premier temps apprendre tout ce qu’il y a à savoir concernant le fonctionnement physiologique et psychologique de vos symptômes.
    Par la suite, nous allons pratiquer mes techniques de relâchement physique et cognitif pour vous libérer de la charge mentale (nécessaire à l’application de la TCC).
  • Nous allons Identifier les situations ou conditions troublantes dans votre vie.
    Il peut s’agir d’un problème médical, d’un divorce, d’un deuil, de la colère ou des symptômes d’un trouble mental.
    Nous allons passer un certain temps à décider des problèmes et des objectifs sur lesquels vous voulez vous concentrer.

  • Il s’agit ensuite d’une prise de conscience de vos pensées, émotions et croyances concernant ces problèmes.
    Une fois que vous avez identifié les problèmes sur lesquels vous souhaitez travailler, Il peut s’agir d’observer ce que vous vous dites à propos d’une expérience (monologue intérieur), votre interprétation de la signification d’une situation et vos croyances sur vous-même, les autres et les événements.

  • Nous passerons ensuite à l’identification des pensées négatives ou inexactes.
    Pour vous aider à reconnaître les schémas de pensées et de comportements qui peuvent contribuer à votre problème, Nous allons prêter attention à vos réactions physiques, émotionnelles et comportementales dans différentes situations.

  • Dernière étapes : remanier les pensées négatives ainsi que vos croyances fondamentales et consolider.
    Vous serez encouragé(e) à vous demander si votre vision d’une situation est fondée sur des faits ou sur une perception inexacte de ce qui se passe.

    Il se peut très probablement que vous ayez des façons anciennes de penser à votre vie et à vous-même. Avec la pratique, les schémas de pensée et de comportement utiles deviendront une habitude et ne nécessiteront plus autant d’efforts !

Point sur la confidentialité

En dehors de circonstances très spécifiques, vos données restent confidentielles.
Voici la liste de ces circonstances :

  • Menacer de se faire du mal ou de s’enlever la vie immédiatement ou dans un futur proche,
  • Menacer de faire du mal ou de prendre la vie d’une autre personne de façon imminente,
  • Abuser d’un enfant ou d’un adulte vulnérable, d’une personne de plus de 18 ans qui est hospitalisée ou rendue vulnérable par un handicap,
  • Être incapable de prendre soin de soi en toute sécurité.

Comment tirer le maximum de bénéfices de mon accompagnement en thérapie comportementale et cognitive ?

  • Abordez la thérapie comme un partenariat.
    La thérapie est plus efficace lorsque vous participez activement et que vous prenez part aux décisions.
  • Soyez ouvert(e) et honnête.
    Le succès de la thérapie dépend de votre volonté de partager vos pensées, vos sentiments et vos expériences, et de votre ouverture à de nouvelles idées et façons de faire.
  • Respectez votre plan d’action.
    Si vous vous sentez déprimé ou si vous manquez de motivation, il peut être tentant d’abandonner la thérapie. Cela peut perturber vos progrès et la solution est de vous faire une promesse à vous même.
  • Ne vous attendez pas à des résultats instantanés (le délai de 2 mois est selon moi optimal et réaliste).
    Travailler sur des problèmes émotionnels peut être douloureux et nécessite souvent du travail. Il n’est pas rare de se sentir chamboulé(e) au début de la thérapie, lorsque vous commencez à affronter les conflits passés et actuels.

Un bref aperçu d’une technique de Thérapie Comportementale

Comment faire le premier pas ?


J’espère sincèrement que cet article vous a aidé à y voir plus clair concernant la TCC.
SI vous souhaitez en savoir plus sur mon approche et passer tout de suite à l’action contre vos symptômes, vous pouvez cette page en cliquant ici.

Et surtout n’oubliez jamais : vous êtes bien plus que vos symptômes.

Amicalement,

Henri Hélias, Coach Comportemental



[GUIDE] – Comment Gérer son STRESS ?

[GUIDE] – Comment Gérer son STRESS ?

Si vous subissez au quotidien des épisodes de peur inexpliquée, d’angoisses grandissantes et de stress intense, alors cet article est fait pour vous !

En tant qu’ancien grand anxieux, j’aimerai commencer par vous présenter ce qu’est le stress, les signes de stress, les mesures simples que vous pouvez prendre lorsque vous vous sentez stressé et vous donner des conseils pratiques pour le prévenir.

La France est un pays qui souffre du stress, de l’angoisse, de l’anxiété et il est grand temps d’agir !

Vous découvrirez ainsi dans cet article les causes, les symptômes et des moyens de gérer votre stress au quotidien.

C’est parti !

Pourquoi est-il important de gérer son stress ?

savoir gerer son stress

Si vous vivez avec des niveaux de stress élevés, vous mettez en danger votre bien-être tout entier.

Le stress fait des ravages sur votre équilibre émotionnel, ainsi que sur votre santé mentale et physique. Il réduit votre capacité à penser clairement, à fonctionner efficacement et à profiter de la vie.

Il peut sembler certaines fois qu’il n’y ait rien à faire contre le stress, car les factures ne cesseront jamais d’arriver, il n’y aura jamais plus d’heures dans une journée et vos responsabilités professionnelles et familiales seront toujours exigeantes.

Mais vous avez beaucoup plus de contrôle que vous ne le pensez, rassurez-vous !

Une gestion efficace du stress vous aide à briser l’emprise de cette affliction sur votre vie, afin que vous soyez plus heureux, en meilleure santé et plus productif.

L’objectif ultime est une vie équilibrée, avec du temps pour le travail, les relations, la détente et le plaisir, et la résilience nécessaire pour résister à la pression et relever les défis.

Mais il faut savoir une chose: la gestion du stress n’est pas une solution universelle.
C’est pourquoi il est important d’expérimenter et de trouver ce qui fonctionne le mieux pour vous. Les conseils de gestion du stress suivants peuvent néanmoins vous aider à le faire !

à la base, qu’est-ce que le « stress » ?

Le stress est le sentiment d’être soumis à une pression anormale. Cette pression peut provenir de différents aspects de votre vie quotidienne.
Par exemple, une charge de travail accrue, une période de transition, une dispute avec votre famille ou des soucis financiers nouveaux ou existants.

Vous pouvez constater que l’effet est cumulatif, chaque facteur de stress s’ajoutant à un autre.

Dans ces situations, vous pouvez vous sentir menacé ou bouleversé et votre corps peut réagir au stress. Cela peut provoquer divers symptômes physiques, modifier votre comportement et vous amener à ressentir des émotions plus intenses.

Le stress nous affecte de plusieurs façons, tant sur le plan physique qu’émotionnel et à des intensités variables.

Comment pouvons-nous l’identifier ?

Lorsqu’il dégénère, la gestion du stress devient un véritable combat. En effet, lorsqu’il affecte votre vie, votre santé et votre bien-être, il est important de s’y attaquer le plus tôt possible.

Bien que le stress affecte chaque personne de manière différente, il existe des signes et des symptômes communs auxquels vous pouvez être attentif :

  • Des sentiments d’inquiétude ou d’anxiété constante,
  • Le sentiment d’être dépassé par les événements,
  • Une difficulté à se concentrer,
  • Des sautes d’humeur ou des changements d’humeur,
  • irritabilité,
  • Une difficulté à se détendre,
  • Symptômes dépressifs,
  • Développement d’une faible estime de soi,
  • Manger plus ou moins que d’habitude,
  • Changement dans les habitudes de sommeil,
  • Une consommation d’alcool, de tabac ou de drogues illicites pour se détendre,
  • Des douleurs, en particulier des tensions musculaires,
  • De la diarrhée et/ou une constipation,
  • Des sensations de nausée ou de vertige,
  • Une perte de la libido.

Si vous ressentez ces symptômes pendant une période prolongée et si vous avez l’impression qu’ils affectent votre vie quotidienne ou vous font sentir mal, vous devriez en parler à votre médecin généraliste.

Vous pouvez lui demander des informations sur les services de soutien et les traitements dont vous disposez.

3 étapes vers le management de votre stress

Réalisez les choses

  • Essayez de faire le lien entre la fatigue ou la maladie et les pressions auxquelles vous êtes confronté,
  • Soyez attentif aux signes physiques tels que les muscles tendus, la fatigue excessive, les maux de tête ou les migraines.

Identifiez les causes

  • Essayez d’identifier les causes sous-jacentes
  • Classez les raisons possibles de votre stress en trois catégories :
    1) celles qui ont une solution pratique ; 2) celles qui s’amélioreront avec le temps ; 3) celles auxquelles vous ne pouvez rien faire,
  • Essayez de vous libérer de l’inquiétude de celles qui font partie des deuxième et troisième groupes et laissez-les partir.

Prenez du recul sur votre style de vie

  • Êtes-vous en train d’en faire trop ?
  • Y a-t-il des choses que vous faites qui pourraient être confiées à quelqu’un d’autre ?
  • Pouvez-vous faire les choses plus tranquillement ?
  • Pour donner suite à la réponse à ces questions, vous devrez peut-être établir des priorités parmi les choses que vous essayez d’accomplir et réorganiser votre vie,
  • Cela vous aidera à relâcher la pression qui peut résulter du fait d’essayer de tout faire en même temps !

En conclusion


N’oubliez surtout pas que vous pouvez demander l’aide d’un professionnel !

La première personne à contacter est votre médecin de famille. Il devrait être en mesure de vous conseiller sur le traitement médicamenteux à suivre. j’ai d’ailleurs créé pour vous un test de stress et d’anxiété, avec le téléchargement 100% gratuit d’un document pour échanger avec votre médecin, à la clé.

La thérapie comportementale et cognitive (il s’agit d’un type de thérapie qui fonctionne en vous aidant à comprendre que vos pensées et vos actions peuvent influer sur ce que vous ressentez) et les approches basées sur la pleine conscience sont connues pour aider à réduire le stress, voir à le vaincre définitivement !

Il existe également un certain nombre d’organisations bénévoles qui peuvent vous aider à vous attaquer aux causes du stress et vous conseiller sur les moyens d’aller mieux.

A très bientôt et prenez soin de vous,

Henri Hélias

Comment se sortir des Symptômes d’une Crise d’Angoisse ?

Comment se sortir des Symptômes d’une Crise d’Angoisse ?

crise d angoisse symptomes

Nous rencontrons tous dans notre vie, des situations qui nous préoccupent ou nous inquiètent et il s’agit d’un aspect naturel de la vie !

Néanmoins, lorsque cette inquiétude semble nous envahir et provoque une détresse mentale ainsi que des symptômes physiques, il se peut que nous ayons affaire à une crise d’angoisse.

La crise d’angoisse sont l’un des problèmes que peuvent rencontrer les personnes souffrant d’anxiété et de troubles connexes.
Si vous pensez être confronté aux symptômes de l’anxiété et à une crise d’angoisse, vous n’avez pas à les laisser prendre le dessus et vous pouvez reprendre le contrôle, sachez-le !

Pour vous aider à soulager votre crise d’angoisse et ses symptômes, voici 4 méthodes qui vous aideront à faire face et à retrouver votre tranquillité d’esprit.

Comment peut-on définir une crise d’angoisse ?

Définir et comprendre ce à quoi vous êtes confronté est la première étape du processus de guérison.
Pour beaucoup, la mauvaise terminologie peut rendre difficile la recherche de ce que vous vivez…
Par exemple, alors que beaucoup pensent qu’ils sont en train de faire une crise d’angoisse et recherchent ce terme, ils pourraient tout à fait recherche le terme « attaque de panique« .

La crise d’angoisse et la crise de panique sont deux termes utilisés pour décrire la même chose.

Que vous choisissiez d’appeler cela une crise d’angoisse ou une crise de panique, il est toutefois important de connaître les signes et les symptômes d’une crise lorsqu’elle survient.

Quels sont les symptômes fréquemment rencontrés ?

Une crise d’angoisse est décrite comme une période de peur intense, qui peut souvent être ressentie sans aucune raison, ou être déclenchée par un sentiment d’anxiété et d’angoisse écrasant.

Les symptômes d’une crise d’angoisse sont les suivants :

  • Un sentiment accablant d’effroi et de malheur imminent,
  • Peur de perdre le contrôle,
  • Difficulté à respirer, sensation d’essoufflement ou d’oppression,
  • Des tremblements et des secousses intenses,
  • Des palpitations cardiaques (qui, pour beaucoup, peuvent ressembler à une crise cardiaque),
  • Des picotements et engourdissement des mains et d’autres parties du corps,
  • Une transpiration excessive,
  • Une sensation de faiblesse, de fatigue ou d’étourdissement,
  • Des douleurs d’estomac et des nausées.

Une autre chose importante à souligner lorsqu’on parle d’une crise d’angoisse et de ses symptômes, est qu’elle fait souvent partie du trouble de panique !

Le trouble de panique se caractérise par des attaques de panique et des crises d’angoisse soudaines et récurrentes qui ont un impact considérable sur la capacité d’une personne à fonctionner dans sa vie quotidienne.

Lorsqu’une personne souffre d’un trouble panique, l’attaque de panique ou la crise d’angoisse fait partie intégrante de ce trouble.

En revanche, les personnes atteintes d’un trouble anxieux, qu’il s’agisse d’un trouble anxieux généralisé, d’un trouble d’anxiété sociale ou d’un trouble d’anxiété de séparation, n’éprouvent pas nécessairement une crise d’angoisse en raison de leur trouble.

Cela dit, vous pouvez quand même avoir des crises de panique si vous avez un trouble anxieux.
Néanmoins et il faut le souligner, les symptômes que vous pouvez ressentir en cours de route peuvent être différents de ceux qui souffrent strictement d’un trouble de panique.

crise d'angoisse : symptômes

Les symptômes d’un trouble anxieux, comme le trouble anxieux généralisé, par exemple, sont les suivants :

  • Inquiétude excessive dans presque tous les aspects de la vie quotidienne,
  • Difficulté à contrôler vos sentiments d’inquiétude ou de nervosité,
  • Sentiment d’agitation,
  • Difficulté à vous détendre,
  • Difficultés à maintenir son attention et sa concentration sur une seule tâche,
  • Sentiment de fatigue plus récurrent,
  • Facilité à éprouver de la surprise par les choses,
  • Difficultés à dormir, qu’il s’agisse de s’endormir ou de rester endormi,
  • Difficultés à avaler et perte d’appétit,
  • Vous pouvez ressentir des tremblements ou des secousses dans tout le corps,
  • Vous pouvez ressentir des douleurs inexpliquées dans tout le corps,
  • Vous vous sentez souvent étourdi ou vous avez des vertiges,
  • Une sensation d’essoufflement est présente,
  • Fréquentes visites aux toilettes !

Que vous ayez une crise d’angoisse dans le cadre d’un trouble anxieux, la prochaine étape consiste à déterminer ce que vous pouvez faire pour atténuer les symptômes de cette crise.

Heureusement, j’ai dressé pour vous une liste de 4 moyens efficaces pour réduire l’impact global de votre anxiété et de vos angoisses !

4 moyens d’adaptation pour faire face à une crise d’angoisse

La crise d’angoisse peut être pénible pour la personne qui la subit, voir peut faire d’une vie un véritable enfer.

Cependant, vous n’êtes pas obligé de laisser vos crises d’angoisse diriger votre vie, faites moi confiance.

Pour mieux faire face à une crise d’angoisse lorsqu’elle survient, voici 4 moyens d’adaptation efficaces qui peuvent vous aider à les surmonter et à obtenir un certain soulagement.

La respiration profonde

Une crise d’angoisse ayant un impact à la fois sur l’esprit et sur le corps, il est essentiel de trouver des exercices qui apaisent les deux lorsque nous éprouvons une peur intense pour surmonter plus rapidement cette fichue crise d’angoisse !

Un excellent exercice à pratiquer est un exercice de respiration qui vous aidera à calmer votre rythme cardiaque et à vous concentrer sur autre chose que votre peur.

Voici quelques étapes d’un exercice de respiration simple qui peut vous être utile:

La respiration pour lutter contre les crises d angoisse et leurs symptomes

  • Asseyez-vous ou restez debout, les pieds écartés à la largeur des hanches,
  • Prenez une respiration lente et profonde par le nez, en la sentant pénétrer dans votre corps et le remplir. Vous pouvez faciliter l’exercice en suivant un rythme, par exemple en comptant lentement jusqu’à 5 ou 10,
  • Une fois que vous n’êtes plus capable d’inspirer plus d’air, commencez à relâcher l’air par la bouche en suivant le même rythme,
  • Faites cet exercice pendant environ 3 à 5 minutes ou jusqu’à ce que vous vous sentiez plus détendu.


    Ce type d’exercice, qui peut être pratiqué n’importe où, est un excellent outil pour vous aider à surmonter une crise d’angoisse lorsque vous en avez une.

Prendre du recul, ça signifie quoi ?

il y a des exercices de respiration qui permettent de réduire efficacement les symptômes des crises d angoisse

Une crise d’angoisse peut nous mettre dans une certaine frénésie et dans les pires cas, dans un véritable chaos !

Après tout, votre corps ressent une foule de symptômes mentaux et physiques qui vous mettent dans un état de peur extrême.

Le problème pour beaucoup est qu’ils réagissent instantanément à ces symptômes, ce qui ne fait que renforcer l’idée que vous devez paniquer.

Plutôt que de travailler avec vos symptômes, essayez de les contester lorsqu’ils se manifestent.
Par exemple, la prochaine fois que vous ferez une crise de panique, prenez le temps de :

  • Vous arrêter et reconnaître que vous ressentez les symptômes d’une attaque de panique,
  • Prenez le temps de regarder autour de vous et d’évaluer la situation.
    Y a-t-il quelque chose autour de vous qui pourrait être considéré comme un danger potentiel et immédiat ?
    Y a-t-il une raison pour laquelle vous devriez être anxieux à ce moment précis ?
    Les symptômes de votre crise de panique sont-ils justifiés ?
    Il y a de fortes chances que vous ne soyez pas en danger immédiat. Le fait d’en prendre conscience peut vous aider à vous ancrer et à surmonter votre crise d’angoisse plus rapidement.
  • Prenez le temps de faire des exercices (utilisez l’onglet de recherche du blog) qui vous aideront à calmer vos symptômes d’anxiété et à retrouver un état de calme.



Il faudra un certain temps pour apprendre à défier l’anxiété et à la surmonter.
Cependant, une fois que vous aurez appris à reconnaître vos symptômes et à vous ancrer, vous serez mieux à même de faire face à une crise d’angoisse lorsqu’elle apparaîtra.


Quel est l’impact des distractions ?

Une crise d’angoisse, même si vous y faites face depuis longtemps, peut toujours avoir un impact important sur le moment.

Lorsqu’il s’agit d’une crise d’angoisse qui vous affecte gravement, vous n’avez pas toujours le temps de faire un exercice ou d’arrêter vos pensées.
Au lieu de cela, vous pouvez utiliser des méthodes pour vous distraire de vos symptômes jusqu’à ce que vous vous soyez suffisamment calmé(e) pour vous livrer à un exercice d’apaisement.

Pour ce faire, vous pouvez écouter une chanson, jouer à un jeu où vous cherchez différents objets autour de vous qui attirent vraiment votre attention, ou même imaginer que vous êtes ailleurs.

Tant que l’activité est suffisante pour vous éloigner des symptômes auxquels vous êtes confronté, même momentanément, elle peut vous aider à retrouver un état plus détendu.

Quel est l’intérêt de la méditation ?

la méditation est un moyen efficace pour lutter contre les crises d angoisse et leurs symptômes

Les exercices de respiration profonde sont souvent idéaux car ils peuvent être pratiqués n’importe où et sont de plus en plus populaires.

Mais aussi, sachez que la méditation peut être un excellent moyen de vous aider à vous ancrer et à laisser passer vos pensées sans vous y accrocher.
La méditation peut être pratiquée sans aucun soutien, mais vous pouvez également trouver de nombreuses ressources en ligne qui peuvent vous guider dans une méditation et vous aider à commencer.

Si c’est quelque chose qui vous intéresse, que ce soit dans le cadre d’une crise d’angoisse ou non, vous pouvez commencer par :

  • Mettez vous dans une position détendue et prenez quelques respirations profondes,
  • Fermez les yeux et concentrez-vous sur votre respiration et votre corps,
  • Laissez passer vos pensées sans vous concentrer sur elles ou sans les laisser vous éloigner de la concentration sur votre corps,
  • Maintenez cette concentration aussi longtemps que vous le souhaitez, que ce soit 5 à 10 minutes ou plus.

Une fois que vous commencez à méditer régulièrement, il peut devenir plus facile d’augmenter la durée 🙂

En conclusion

Une crise d’angoisse comme les autres troubles anxieux peuvent être difficiles à surmonter seuls, surtout s’ils nécessitent la prise de médicaments ou si vous venez de développer un trouble nouveau.

Bien que les conseils ci-dessus soient sincèrement très utiles, ils ne peuvent pas remplacer une thérapie.
Obtenir le soutien d’un thérapeute peut vous aider à recevoir un diagnostic pour votre anxiété et vos angoisses, à obtenir le traitement approprié et à apprendre à mieux la gérer.

Une façon de chercher de l’aide est de rechercher des ressources de conseil près de chez vous.
Les troubles anxieux sont assez courants, ce qui signifie qu’il y aura très probablement un thérapeute qui pourra vous apporter le soutien dont vous avez besoin.

Toutefois, si cela n’est pas possible pour vous, il existe d’autres solutions. Grand éveil et l’accompagnement d’Henri Hélias est une excellente ressource vers laquelle vous pouvez vous tourner.

Grand éveil est une plate-forme d’accompagnement en ligne crée par Henri Hélias, et destinée à ceux qui souhaitent vaincre définitivement leur stress, leur anxiété et les angoisses qui gâchent leur vie.
Quel que soit le trouble anxieux auquel vous êtes confronté, vous pouvez passer à l’action et commencer dès à présent un accompagnement approfondie ou consulter la page du Guide de survie contre le Stress et l’Anxiété.
Si le conseil traditionnel n’est pas une option pour vous en ce moment, Henri Hélias est là quand vous en avez besoin.

Avoir un trouble anxieux et une crise d’angoisse de manière régulière peut être débilisant pour certains et préoccupant pour d’autres.
Quelle que soit la gravité de votre anxiété, vous pouvez apprendre à gérer les symptômes d’une crise d’angoisse pour en atténuer l’impact.
Si vous cherchez à soulager une crise d’angoisse, utilisez les 4 méthodes d’adaptation énumérées ci-dessus et demandez de l’aide dès aujourd’hui.

à très bientôt

l’Angoisse de Morcellement : Comment l’expliquer ?

l’Angoisse de Morcellement : Comment l’expliquer ?


le style cubiste fait énormément penser à l'angoisse de morcellement.

Lorsque je regarde le portait de Dora Maar (la muse de Picasso), la nature abstraite du style cubiste me rappelle ce que ressentent nombre des personnes que j’accompagne: morcelées, fragmentées, déconnectées, désordonnées, émotionnellement vulnérables.

Le « trop plein » d’informations et d’images provenant des réseaux sociaux et de la télévision, associé à la nécessité d’être constamment « branché », fait que de nombreuses personnes se sentent dépassées, épuisées, irritables, anxieuses, voire déprimées.

Le calme et la tranquillité semblent être une denrée rare, même pour ceux qui n’ont pas d’enfants, car ils doivent constamment consulter les réseaux sociaux, répondre aux mails, aux tweets, aux likes sur Facebook, etc.

Tous ces éléments s’ajoutent à une quête d’identité et de sens chez les individus, pour générer au final une angoisse relativement importante.

Vous connaissez peut être ma passion pour Jung ?
Il faut savoir que pour lui, l’angoisse de morcellement survient lorsqu’elle déborde sur le moi, ou plutôt l’égo.
Cette angoisse va alors investir un objet générateur de phobie et va investir des représentation obsédante pour la personne atteinte.
Enfin, ce débordement global d’angoisse(s) va entraîner un morcellement de la personne qui deviendra angoissée chronique, tout en ayant une dépression masquée !

Je vous laisse donc découvrir dans cet article les tenants et les aboutissants de l’angoisse de morcellement.

Que dit Freud concernant l’angoisse de morcellement ?

Le philosophe Freud lui, s’est penché sur le lien qui existe entre l’angoisse de séparation et l’angoisse de morcellement.
A cet effet, Freud a établit les différentes étapes du fameux « fractionnement » de l’âme ou du « moi » de l’individus.

Pour lui, la cause première de cette fameuse angoisse de morcellement vient d’une frustration, cause d’un désir important chez l’individus qui génère des névroses.

Ces névroses fragmentent l’âme ou l’égo de l’individus.
A cet effet, Freud finit par conclure que ce morcellement dépasse le narcissisme, tellement le duo désir insatisfait et névrose, engendre un cercle terriblement vicieux.

Il donne donc l’exemple d’un patient homosexuel, dont le moi idéal est par opposition à sa sexualité, hétérosexuel. Il développe ainsi un morcellement de sa personnalité et une gigantesque angoisse !

Quels sont les stades de cette angoisse de morcellement ?

freud définit 3 stades différents dans l'angoisse de morcellement

Stade 1 : le concept de la toxicité

La première théorie de Freud sur angoisse de morcellement remonte aux années 1900, avant même l’utilisation du terme « psychanalyse ».

À ce stade précoce, il ne considérait pas que l’angoisse de morcellement était liée à des pensées ou à des idées, mais il observait qu’elle était étroitement liée à la sexualité, la définissant comme une excitation sexuelle qui s’est transformée.

À cette époque, Freud considérait cette excitation sexuelle (ou « libido », comme il l’appelait) comme une substance hypothétique que nous pourrions comparer à quelque chose comme la testostérone.

L’argument de Freud était que lorsque la voie de la satisfaction est bloquée (par exemple, dans le cas du coitus interruptus, lorsque le rapport sexuel se termine avant l’orgasme), l’accumulation de libido insatisfaite qui en résulte prendrait alors un caractère toxique, trouvant un exutoire dans l’angoisse de morcellement.

Comme il le dira plus tard, « l’angoisse névrotique naît de la libido et lui est donc liée de la même manière que le vinaigre l’est au vin ».

Stade 2 : le rôle joué par la répression

Le point de vue de Freud sur l’angoisse de morcellement a évolué lorsqu’il a développé sa théorie du refoulement. Il décrit comment les idées liées aux pulsions sexuelles sont rejetées de la conscience lorsqu’elles entrent en conflit avec les normes sociales « civilisées ».

En d’autres termes, Freud affirmait que le processus de transformation en êtres sociaux nous obligeait à renoncer à certaines de nos pulsions sexuelles.

Son « concept de la toxicité » » antérieur de l’angoisse en tant qu’excitation sexuelle transformée a été conservée.

Une modification importante a été néanmoins apportée : alors que ses vues antérieures supposaient que la cause de l’angoisse de morcellement venait des blocages externes à la libération sexuelle, la théorie de la répression a déplacé l’accent sur les blocages internes !

Il s’agit d’une théorie de l’inhibition psychologique (ou de répression des pulsions).

Stade 3 : Et si il s’agissait d’un signal ?

À la fin des années 1920, Freud a commencé à introduire une nouvelle théorie très différente de l’angoisse, abandonnant finalement sa vision antérieure de l’angoisse et des tensions intenses provoquées, comme une libido transformée.

Il établit une distinction importante entre une angoisse de morcellement automatique plus primaire, déclenchée par une situation traumatique dans laquelle le Moi impuissant est submergé (on se rapproche donc des théories de Karl Jung), et l’angoisse en tant que signal.

Cette angoisse ou anxiété, peut être activée dans la réponse de l’ego à des situations de danger, comme une sorte d’avertissement de l’imminence d’une situation traumatique, afin que des mesures défensives puissent être mises en place pour l’éviter.

Dans ce dernier cas, il s’agit donc d’une angoisse tout à fait normale.

Ces « situations de danger » tendent à graviter autour des menaces qui découlent de la perspective d’être impuissant et à la merci des autres : menaces de perdre un être cher, de perdre l’amour d’un autre, ou d’être attaqué.

En fin de compte, selon Freud, ces menaces sont des manifestations d’une menace plus fondamentale, la menace de castration/impuissance.

Cette dernière phase donne à l’angoisse une place beaucoup plus centrale dans le fonctionnement de la psyché : au lieu d’être une sorte d’effet secondaire du refoulement, il est désormais possible de penser les contours mêmes de l’esprit, avec ses défenses et ses symptômes, comme étant avant tout un moyen d’éviter le danger, lorsque l’angoisse est avant tout un signal.

Quelles sont les causes connues de ce type d’angoisse ?

Les expériences d’angoisse de morcellement sont universelles dans la petite enfance, où les dangers psychiques sont régulièrement vécus comme des traumatismes.

Nous trouvons aujourd’hui 8 causes ou types de peurs, responsables de cette angoisse de morcellement:

  • La peur d’être submergé,
  • La peur de fusionner,
  • La peur de se désintégrer,
  • La peur d’empiéter,
  • La peur de perdre le soutien nécessaire,
  • La peur d’être incapable de faire face,
  • La peur de s’inquiéter pour sa survie et de réagir avec une mentalité catastrophique.

Les angoisses pathologiques de morcellement sont des conséquences et un corrélat du traumatisme psychique, de la faiblesse du moi, de la perte d’objet et de la pathologie du moi.

Les symptômes, les schémas de pensée, les états d’affect et les comportements sont particulièrement résistants au changement lorsqu’ils se défendent contre de telles angoisses.

En conclusion

J’ose espérer qu’à travers cet article, le sujet de l’angoisse de morcellement est désormais plus clair pour vous.
N’hésitez surtout pas à en faire à part à un membre de votre famille ou à un amis qui souhaiterait mettre un visage derrière ce trouble, jusque là mystérieux et peu abordé aujourd’hui.

Si, malgré ces informations, l’angoisse prend de plus en plus de place dans votre vie (ou celle d’une proche), n’hésitez pas à consulter nos accompagnements avancés.

Prenez bien soin de vous,

Henri Hélias

Pour quelles Raisons Devriez-vous Quitter votre Travail de Nuit ?

Pour quelles Raisons Devriez-vous Quitter votre Travail de Nuit ?

Il y a de ça plusieurs année (8 ans environ), j’enchaînais les jobs de nuit : usine de conserverie, éboueur, récolte de la ciboulette dans les champs pour un ami…
Cela ne posait pas de problème car j’était bien plus jeune et je n’avais pas les obligations que j’ai aujourd’hui.

Mais surtout, avec l’âge, les répercutions du travail de nuit sur la santé peuvent être dramatiques !

Cet article présente ainsi un certain nombre des raisons suffisantes pour quitter un travail de nuit.

Nous discuterons également de ce qu’est le travail nocturne et des raisons pour lesquelles les gens le choisissent ! Vous aurez ainsi toutes les cartes en main pour vous faire un avis objectif.

Pour quelles raisons devriez-vous quitter votre travail de nuit ?

Voici quelques raisons pour lesquelles vous devriez quitter le travail de nuit :

  • Perturbation du cycle naturel du sommeil,
  • Vie sociale affectée,
  • Peu de temps pour la vie de famille,
  • Accès réduit aux activités de soutien,
  • Accès réduit à une alimentation saine,
  • Mauvaise santé physique,
  • Mauvaise sécurité, est-elle vraiment présente ?
  • Routine de travail ennuyeuse et solitude.


Avant d’examiner ces « options de départ » plus en détails, voyons ce qu’est le travail de nuit et pourquoi les gens choisissent ce type d’horaires !

A quoi cela correspond ?

Le travail de nuit, faire les 3/8, sont des termes que beaucoup connaissent !
Ces longues heures de travail la nuit où vous avez besoin de quelques tasses de café et bien sûr de quelques bonnes chansons pour vous tenir éveillé.

Pour certains, il s’agit de leur smartphone et des vidéos ennuyeuses que personne ne regarde en temps normal.

Un certain nombre d’emplois exigent que les gens travaillent dans une équipe de nuit.

Dans certains cas, c’est le responsable de la sécurité de l’entreprise qui doit monter la garde… c’est typique de la plupart des entreprises ou organisations.


Dans d’autres cas, la nature de l’emploi peut exiger que la personne soit disponible la nuit.

Un bon exemple serait celui des médecins ou des secouristes.
D’autres emplois peuvent inclure ceux de la restauration rapide qui fonctionnent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, des épiceries et des pharmacies…bref la liste est infinie (et surtout dans les grandes métropoles).

Ce type de travail est très difficile et vous met non seulement au défi sur le plan mental (car vous devez aller à l’encontre de vos habitudes de sommeil), mais il fatigue également votre corps !

Pourquoi choisir de travailler la nuit ?

Il faut savoir qu’il existe un certain nombre de raisons pour lesquelles les gens optent pour le travail de nuit

1. Par nécessité

L’une des raisons pour lesquelles les gens optent pour le travail de nuit est qu’ils ne peuvent pas trouver un autre emploi de leur choix.

Ils n’ont que cette option et l’acceptent donc, car c’est mieux que de rester au chômage et de ne rien mettre de côté !
Le fait d’avoir un emploi constitue au moins une source de revenus et permet de rester actif.

De plus, les chances de trouver le bon emploi sont plus grandes si vous êtes déjà sur le marché, vous rencontrez plus de gens et vous avez plus d’options que si vous restez chez vous.

2. La rémunération est plus élevée

Une autre raison pour laquelle les gens optent pour le travail de nuit est qu’il est bien rémunéré, soyons honnête. Il n’est pas facile de travailler de longues heures la nuit lorsque votre corps est habitué à dormir à cette heure là.

C’est pourquoi les entreprises payent davantage lorsqu’elles ont besoin que vous travailliez à des heures irrégulières, en 3 8 par exemple.

Il est possible que vous ayez un certain nombre d’autres possibilités d’emploi en ce moment, mais celui de l’équipe de nuit paie beaucoup mieux et la seule chose dont vous avez besoin en ce moment, c’est d’argent et je peux vous comprendre.

3. Le remplacement d’une personne


L’une des raisons pour lesquelles vous devez absolument effectuer un travail de nuit, est que l’entreprise dans laquelle vous travaillez ou postulez vous y oblige, du moins pour une courte période.

Cela vous met dans une position difficile, car vous êtes peut-être prêt à travailler dans l’équipe habituelle, mais ce n’est pas possible pour le moment.

Par conséquent, pour coopérer avec l’entreprise, vous acceptez de travailler dans l’équipe de nuit en attendant une opportunité de jour.

En détail, pourquoi devriez-vous quitter votre job de nuit ?

Vous trouverez en dessous les raisons pour lesquelles vous devriez quitter votre travail de nuit actuel

1. Votre cycle du sommeil est complètement déréglé

En effet, votre cycle de sommeil est fortement perturbé lorsque vous travaillez toute la nuit et dormez pendant la journée.

Cette situation est difficile pour votre corps et votre esprit? car vous devez constamment lutter contre l’envie de vous endormir… sans parler de la fatigue que votre corps ressent.

En tant qu’êtres humains, nous sommes conçus pour dormir la nuit tout en restant éveillé le jour.

Notre corps est câblé de cette manière et nous sommes donc en mesure d’assurer des fonctions corporelles importantes uniquement la nuit, lorsque nous dormons.

Notre corps, par exemple, assure un certain nombre de fonctions de récupération uniquement la nuit, lorsque nous dormons. Si nous sommes éveillés et que nous travaillons, ces fonctions n’auront pas lieu !

2. Votre vie sociale est impactée

Le travail de nuit est synonyme d’isolement ! La plupart des personnes de votre entourage ou de votre cercle social dorment la nuit et travaillent le jour.
Vous, par contre, vous avez décidé d’opter pour la routine totalement opposée : vous dormez le jour et travaillez la nuit. Cela a un certain nombre de conséquences sur votre vie sociale !

Non seulement vous voyez de moins en moins vos amis, mais votre interaction avec de nombreuses autres personnes diminue également.
Les expériences occasionnelles de « rencontre avec de nouvelles personnes » diminuent également, les courses ou la visite d’un nouveau bar/restaurant s’arrêtent aussi parce que le travail de nuit est déjà si intense…

3. Trop peu de temps à consacrer à votre famille

Oubliez votre cercle social, votre vie familiale est également affectée par cette routine. Les enfants vous voient de moins en moins et votre conjoint(e) doit apprendre à passer de plus en plus de temps sans vous.

Cela affecte votre relation conjugale !

Un lien fort est nécessaire pour que les choses continuent à fonctionner ou un partenaire flexible pour s’adapter à vos nouvelles routines.

Les enfants peuvent commencer à devenir grincheux parce qu’ils ne vous voient pas assez et cela peut également affecter votre relation avec eux.

C’est donc une autre raison pour laquelle vous pourriez décidez de renoncer au travail de nuit afin de passer plus de temps avec vos enfants et de faire en sorte que votre conjoint(e) se sente bien plus aimé(e).

4. Vous êtes en mauvaise santé

L’un des effets de rester debout toute la nuit et de travailler est tout simplement une mauvaise santé…voir une très mauvaise santé.

Un certain nombre d’études citent les effets de la nuit blanche, notamment une probabilité accrue d’obésité et de maladies cardiovasculaires.
Les gens sont également sujets à des changements d’humeur qui affectent leur qualité de vie et leurs relations.

Souvent, les gens ne réalisent pas à quel point notre santé se détériore en raison de mauvaises habitudes de travail ; travailler de longues heures, être assis trop longtemps et, bien sûr, travailler à des heures irrégulières affecte gravement le corps.

Cependant, une fois que les changements se sont produits et que le mal de dos a commencé, c’est à ce moment-là que nous commençons à réaliser jusqu’où nous avons trop poussé les choses.

Dès l’âge de 27 ans, des personnes commencent à souffrir de graves douleurs dorsales liée au travail.

Le fait le plus inquiétant étant que cet âge se réduise d’année en année…

5. êtes-vous réellement en sécurité la nuit ?

Une autre bonne raison de quitter le travail de nuit est liée aux problèmes de sécurité que vous pourriez rencontrer.

Travailler la nuit signifie non seulement que votre corps est moins alerte, mais aussi qu’il n’est pas équipé de fonctions telles que la vision nocturne pour contrer ou répondre à tout stimulus.

Dans le même temps, vous êtes plus susceptible d’être une victime en rentrant du travail la nuit, que le jour.

6. L’ennuie est bien là !

Les équipes de nuit peuvent être très ennuyeuses. La plupart de vos amis font peut-être partie de l’équipe de jour ou il se peut qu’il n’y ait personne avec vous lorsque vous travaillez.

Néanmoins, cela peut sembler être un petit problème mais la solitude tue, alors si vous le pouvez, n’hésitez pas à quittez ce travail.

Conclusion

Vous aviez certainement des questions concernant le travail de nuit et j’espère sincèrement y avoir répondu avec cet article

Si vous n’avez actuellement pas le choix et que votre travail vous génère de l’anxiété et du stress, n’hésitez pas à commencer l’accompagnement gratuit ou à passer votre test d’anxiété dès aujourd’hui.

à très bientôt,

Henri Hélias

Témoignage: Comment Démasquer la Honte des Symptômes d’Angoisse ?

Témoignage: Comment Démasquer la Honte des Symptômes d’Angoisse ?

Sa situation familiale

L’autre jour, j’ai reçu un appel d’une femme qui voulait me parler de ses crises de panique et de son anxiété générale. Elle a une trentaine d’années et vit avec son mari et ses enfants dans une petite ville.

Elle m’a raconté comment l’anxiété et les crises de panique détruisaient sa qualité de vie et que chaque jour se transformait en une véritable bataille !

Elle avait l’habitude de voyager dans le monde entier pour son travail, mais aujourd’hui elle a du mal à franchir le seuil de sa porte de peur d’avoir une crise de panique.

Elle a deux jeunes enfants et ils ont des besoins à satisfaire. Elle doit surmonter cette épreuve pour leur bien. C’est pour cela que nous parlons.

Je lui ai demandé si elle avait parlé de son problème d’angoisse et d’anxiété à quelqu’un d’autre que son mari et son médecin.

Elle m’a expliqué qu’elle en avait parlé à quelques amis, mais qu’en général, elle gardait cela pour elle, de peur que les autres ne commencent à faire des commérages dans son dos.

La honte de ses propres pensées


Je lui ai demandé ce qui la troublait le plus dans son anxiété.

Elle s’est un peu énervée et m’a dit : « Tu ne m’as pas écoutée ? Je ne peux pas quitter ma maison à cause de ça et j’ai des enfants à m’occuper. Qu’est-ce qui pourrait être pire que ça ? ».

« Non, j’ai compris », lui ai-je dit, « mais qu’est-ce qui te perturbe VRAIMENT dans ton anxiété et tes angoisses ? ».

Il y a eu un long silence. Puis, après un moment, elle a dit : « Ne pas quitter la maison n’est que la moitié du problème, le reste, je ne pourrais jamais l’admettre à personne, j’en ai trop honte ».

« Essaye donc », lui ai-je dit, « je suis un étranger pour toi et si tu le souhaites, nous ne nous rencontrerons pas en personne. Tu n’as rien à perdre. »

« Ok… alors au fond de moi j’ai peur de perdre la tête. Comme si je perdais le contact avec la réalité. Je ne suis pas présente avec mes enfants parce que je passe mon temps à penser à ce que je pense, si cela a un sens ? ».

« Parfois, j’ai des pensées anxieuses, de nature sexuelle ou violente, si perturbantes que je me choque moi-même », dit-elle, la voix brisée par l’émotion.

Puis un autre bref silence…

« Des idées aléatoires me viennent à l’esprit, auxquelles seul un détraqué pourrait penser… ».

« Par exemple ? » ai-Je demandé.

« Eh bien, ce matin encore, je donnais à manger à ma petite fille et une pensée violente m’est venue à l’esprit. Cela m’a tellement perturbée que j’ai dû arrêter de la nourrir et m’enfermer dans la salle de bain pendant cinq minutes parce que je tremblais tellement. Je veux dire, quelle sorte de mère pourrait penser une telle chose ? ».

« J’ai tellement honte et peur de moi-même. Je n’agirais jamais sur ces pensées, mais comment ai-je pu y penser en premier lieu ? C’est ce qui m’énerve le plus, j’ai l’impression de n’avoir aucun contrôle là-dessus. »

« Je parie que tu penses que je suis cinglé, non ? »

L’explication objective que j’ai apporté

« Non, pas du tout », ai-je dit, « en fait, je pense que tu es parfaitement normale. Tu es une personne normale et saine d’esprit qui souffre d’un esprit trop anxieux mélangé à de l’épuisement et une imagination active. C’est parfaitement normal. Ce n’est pas du tout agréable, mais c’est normal ».

Je lui ai dit que les gens peuvent souvent parler à leur médecin ou à leurs amis proches de leurs crises de panique ou de leur anxiété générale, mais qu’ils admettent rarement les choses qui les dérangent le plus dans leur anxiété.

Ils cachent leur plus grande peur si profondément et souffrent en silence parce qu’ils redoutent le jugement.

Il est normal, par exemple, que ces personnes aient peur de prendre un couteau de cuisine au cas où elles deviendraient folles et poignarderaient quelqu’un.

Ou bien elles sont parfois anxieuses au volant d’une voiture, de peur de faire une embardée incontrôlable dans la circulation.

Ou encore, elles détestent se tenir sur un balcon au cas où elles décideraient soudainement d’en sauter.

Ce que ces personnes ne réalisent pas, c’est que ce qu’elles vivent est beaucoup plus fréquent qu’elles ne le pensent !

Ces pensées intrusives sont alimentées par un cocktail d’anxiété élevée, d’épuisement et d’imagination dans les cas les plus extrêmes, « hyperactive« .

Beaucoup de gens en souffrent (même des personnes que vous connaissez) mais ils ne l’admettent jamais. Ce type de pensées s’accompagne d’un sentiment de honte profonde d’avoir de telles pensées en premier lieu.

Pour mettre fin à votre honte, vous devez la démasquer

Vous devez d’abord l’admettre clairement à vous-même. Vous devez être clair dans votre propre esprit sur ce que vous ne pourrez jamais admettre à un autre.

Ensuite, la guérison peut avoir lieu.

Si cela s’applique à vous et à votre anxiété, postez un message anonyme (ou avec votre prénom) dans les commentaires ci-dessous.

Lorsque vous commencez à démasquer cette honte, elle perd de son pouvoir sur vous et comme par magie, les pensée auparavant honteuses disparaîtront.

En conclusion

En publiant votre histoire, vous aiderez également les autres à s’ouvrir à leur propre histoire. Pour vaincre l’anxiété, le stress et l’angoisse, il faut apprendre à normaliser ce qui semble totalement anormal.

Lorsque vous normalisez vos symptômes, vous diminuez votre résistance à ceux-ci, ce qui libère la tension intérieure que vous ressentez à leurs égards.

Si vous ne voulez pas en parler, écrivez-la au moins sur papier quelque part et exposez-la à la lumière du jour.

Démasquez-la maintenant pour pouvoir la laisser partir plus tard.

à très bientôt,

Henri Hélias