Causes surprenantes de la dépendance : 6 façons principales dont le stress et l’incertitude peuvent causer la dépendance

Causes surprenantes de la dépendance : 6 façons principales dont le stress et l’incertitude peuvent causer la dépendance

stress et dépendance

Des études ont montré que des niveaux élevés de stress et d’incertitude augmentent la probabilité de dépendance.

Le stress et l’anxiété liés à l’incertitude sont deux des facteurs de risque les plus importants de troubles liés à la consommation de substances et de récidive.

Néanmoins, la vie est pleine de tensions et d’incertitudes et il est impératif d’apprendre à y faire face sans recourir à des médicaments sur ordonnance, à des stupéfiants illégaux ou à une consommation excessive d’alcool.

Comprendre le lien entre le stress, l’incertitude et la dépendance peut vous y aider.

Plus nous en saurons sur la façon dont le stress et la tension peuvent mener à la dépendance, plus nous serons en mesure de déterminer ce que nous devons faire et ne pas faire, lorsque nous sommes inquiets pour l’avenir.

Vous pouvez en savoir plus sur les causes de la dépendance dans cet excellent article du quotidien Nice matin.

Le stress, c’est quoi exactement ?

La sensation d’être dépassé ou incapable de faire face à une pression mentale ou émotionnelle est connue sous le nom de stress.

Et justement, lorsque nous sommes stressés, notre corps réagit à la pression.

Cette pression peut être provoquée par des expériences ou des situations nouvelles et inattendues qui remettent en question notre perception de nous-mêmes.

Ainsi, lorsque nous avons l’impression de ne pas avoir le contrôle d’une situation, nous devenons stressés.

Quand nous nous sentons ainsi, le système nerveux autonome du corps active la réaction de « lutte ou de fuite », qui nous aide à faire face aux situations stressantes.

Nous savons que notre réaction de lutte ou de fuite est active lorsque notre corps réagit d’une certaine manière, même si nous ne pouvons pas identifier le moment où elle commence.

Le stress et l’incertitude comme causes d’addiction : Quel est le lien ?

L’incertitude est l’une des sources de stress les plus courantes.

Nous ne savons pas à quoi nous attendre lorsque nous ne sommes pas sûrs de quelque chose.
Il nous est donc impossible de planifier ou de préparer l’avenir.

Nous ne pouvons pas nous appuyer sur les expériences ou les leçons du passé lorsque nous ne savons pas ce que l’avenir nous réserve.

Cela nous irrite et peut nous faire ressentir du stress.

D’autre part, les croyances négatives peuvent également être à l’origine du stress lié à l’incertitude et en toute logique, de nombreuses personnes pensent que la certitude est bénéfique alors que l’incertitude est néfaste.

Les causes surprenantes de l’addiction

Les causes de la dépendance peuvent varier, mais il est indéniable que le stress, l’anxiété et l’incertitude peuvent être des facteurs déterminants.

Comprendre pourquoi ces sentiments inconfortables peuvent conduire à la dépendance peut vous aider à apprendre et à développer des moyens sains et positifs, pour surmonter les situations sans recourir à l’automédication.

Un stress excessif peut entraîner un comportement impulsif.

La réaction de lutte ou de fuite est déclenchée par le stress.

Comme son nom l’indique, cette réaction peut soit nous préparer à faire face à la source de notre stress, soit nous aider à y échapper.

Cela signifie que nous pouvons soit utiliser l’adrénaline qui circule dans notre corps pour faire face à l’anxiété que nous ressentons, soit la nier.

L’une ou l’autre option peut conduire à des décisions irréfléchies.
Par exemple, le « courage après l’alcool » est une réponse de combat, alors que la consommation d’héroïne ou de pilules de Xanax supplémentaires vise à fuir le stress.

Ces deux actions sont impulsives et peuvent conduire à la dépendance, malgré leurs différences.

L’automédication peut être induite par le stress

La gestion du stress n’est pas une partie de plaisir, mais nous faisons de l’automédication lorsque nous essayons de résoudre nos problèmes avec des drogues, de l’alcool, de la nourriture, des médicaments sur ordonnance ou toute autre substance sans consulter un médecin certifié.

Or, l’automédication ne permet pas de soulager le stress. C’est une honte qui nous empêche presque toujours d’obtenir les soins dont nous avons besoin.

A contrario, l’automédication peut exacerber nos symptômes.

La détresse émotionnelle peut être causée par l’incertitude

La peur de l’inconnu peut induire des troubles mentaux qui, à terme, ont un impact négatif sur notre santé.

Les maladies cardiovasculaires et les pertes de mémoire peuvent être causées par le stress chronique et l’inconfort mental.

Ces trois maladies peuvent nous amener à boire ou à consommer des drogues pour faire face à l’inconfort psychologique ou physique.

Cela peut être particulièrement vrai si nous ne gérons pas les troubles émotionnels de manière saine.

L’anxiété également, peut être causée par l’incertitude

Nous pouvons devenir inquiets lorsque nous avons des doutes sur un scénario probable.

Selon les recherches, l’anxiété est souvent liée à la dépendance.
Même si l’anxiété ne mène pas toujours à la dépendance, lorsque nous essayons de consommer des drogues ou de l’alcool pour faire face à notre stress ou à notre peur, nous pouvons augmenter nos chances de développer un trouble lié à la consommation de substances.

Les réseaux sociaux augmentent le stress et l’anxiété

Si les réseaux sociaux offrent de nombreux avantages, ils présentent également de nombreux inconvénients en terme de sociabilisation.

Lorsqu’une personne aux prises avec des problèmes émotionnels voit en ligne des personnes qui semblent être joyeuses, séduisantes et s’amuser, elle peut se sentir encore plus aliénée socialement, diminuer son estime de soi et aggraver son sentiment de honte.

Il est de plus en plus évident que l’utilisation accrue des médias sociaux exacerbe les problèmes de santé mentale chez les personnes déjà vulnérables.

L’environnement physique ancré peut augmenter également le stress

L’environnement physique peut également être une source de déclencheurs pour les personnes dépendantes.

Ces environnements peuvent être liés à des désirs, qu’il s’agisse d’aller dans un bar pour prendre une bière après le travail ou de s’asseoir dans la cuisine lorsqu’on est seul à la maison.

Lorsque des comportements répétés peuvent être conditionnés à un lieu ou à une situation particulière, ces habitudes acquises peuvent être difficiles à rompre.
Ces déclencheurs peuvent être amplifiés lorsque le lieu physique et les personnes qui s’y trouvent sont associés à l’abus d’alcool ou de drogues.

Bien que le stress soit un aspect inhérent à la vie, il ne faut pas le négliger.

Un excès de stress, s’il n’est pas maîtrisé, peut entraîner de graves problèmes de santé physique et mentale.

La bonne nouvelle, c’est que le stress peut souvent être contrôlé !

Vous pouvez réduire votre stress, qu’il provienne de la famille ou du travail, avec un peu de patience et quelques stratégies efficaces.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la désensibilisation aux symptômes de stress, n’hésitez pas à consulter nos accompagnements en ligne.

Lisez ce guide simple si vous êtes pris de Vertiges !

si vous êtes pris de vertiges paroxystiques, cet article est pour vous

Avez-vous eu des vertiges paroxystiques en travaillant ou en faisant de l’exercice dernièrement ? Lisez ce qui suit pour savoir si vous êtes confronté à une crise de vertige et ce que vous pouvez faire pour y remédier.

Lorsque vous vous sentez instable, faible ou même étourdi, ne vous dites-vous pas souvent : « J’ai des vertiges ! ».
C’est une chose plus courante et plus familière que « Je fais une crise de vertige ! », bien que ce ne soit pas quelque chose que vous deviez exclure.

EN 2019, l’acteur Français Alain Delon se trouvait chez lui lorsqu’il s’est senti extrêmement étourdie et a été emmenée d’urgence à l’hôpital. Plus tard, il s’est confié et a expliqué que les médecins avaient diagnostiqué une crise de vertige, provoquée par un stress sous-jacent.

Le résultat ? il a dû se reposer pendant une semaine ou plus avant de reprendre un quotidien normal.

L’expérience d’Alain Delon m’a forcément donné envie de faire un article à ce sujet : qu’est-ce que le vertige, comment savoir s’il s’agit d’une crise de vertige, que faire si vous avez ou si quelqu’un de votre entourage a une crise de vertige, et comment la soigner.

Pourquoi les vertiges sont si fréquents ?


Le vertige et les étourdissements peuvent être des sensations très déstabilisantes et souvent effrayantes, car il s’agit en fait de sensations de tournoiement et d’instabilité.

Ces symptômes peuvent affecter des personnes de tous âges. Les vertiges augmentent le risque de chute et peuvent constituer un danger pour la santé des personnes de plus de 60 ans.

Le vertige peut survenir pour de nombreuses raisons et l’oreille interne, qui contrôle l’équilibre du corps, est la zone la plus fréquemment touchée, notamment à travers les vertiges paroxystiques.

Il faut savoir qu’elle contient un liquide appelé l’endolymphe, et des cristaux de carbonate de calcium qui sont responsables du maintien de l’équilibre du corps. Les changements de la pression de l’endolymphe, le déplacement des cristaux de calcium et l’inflammation du nerf de l’équilibre sont les causes les plus courantes du vertige dû à l’oreille interne.

Le vertige peut également survenir en raison de troubles liés aux fluctuations de la pression sanguine, à l’anémie, au diabète non contrôlé, etc.

Parfois, les vertiges et les problèmes d’équilibre sont dus à des troubles du système nerveux comme la migraine vestibulaire ou les accidents vasculaires cérébraux. Chaque cas de vertige doit donc être évalué pour trouver la cause sous-jacente !

vertiges paroxystiques bénins

Que faire en cas d’une crise de vertige ?

Tout d’abord, ne paniquez surtout pas !

  1. La chose la plus importante à retenir dès le début est de s’asseoir ou de s’allonger pour éviter de tomber,
  2. Essayez ensuite de comprendre ce que vous ressentez et si quelque chose aggrave vos symptômes,
  3. Vérifiez si vous présentez l’un de ces symptômes : maux de tête sévères, vision floue, troubles de l’élocution ou faiblesse dans une partie du corps ? N’oubliez pas de communiquer ces informations à votre médecin.

Les patients souffrant de vertige nécessitent une analyse détaillée de leurs antécédents ainsi que des tests spécialisés pour diagnostiquer la cause sous-jacente.

En général, les patients reçoivent des médicaments pour supprimer temporairement les symptômes.
Cependant, ce dont ces patients ont besoin en réalité, c’est d’une évaluation détaillée avec des tests spécialisés comme la vidéonystagmographie, l’acuité visuelle dynamique, etc.

Conclusion

Les différents troubles qui entraînent des vertiges nécessitent des modes de traitement différents.

Par exemple, l’une des causes les plus courantes de vertige est le vertige paroxystique bénin, une affection dans laquelle les cristaux de carbonate de calcium de l’oreille interne sont déplacés dans une mauvaise position.

La gestion des vertiges paroxystiques bénins repose sur l’identification de l’emplacement du cristal déplacé par des tests spécialisés, puis sur l’exécution par le médecin d’exercices spécifiques appelés « manœuvres de repositionnement » pour remettre les cristaux dans la bonne position !

Mon approche en thérapie comportementale et cognitive (TCC)

Mon approche en thérapie comportementale et cognitive (TCC)

Quelle que soit l’ampleur du problème, de la condition, de la phobie, du trouble ou de la dépendance, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est une méthode de traitement psychothérapeutique fondée sur des preuves qui peut vous aider à modifier vos réactions négatives face à des situations inconfortables.

Il est fort probable que vous ayez déjà vu cette méthode de traitement mentionnée dans un article sur le web ou sur notre blog ou que vous connaissiez quelqu’un qui en a bénéficié.

Il s’agit d’une méthode de traitement populaire en raison de son coût abordable, de son horizon de traitement à court terme et de son efficacité étayée par des données empiriques.

Avant de plonger la tête la première dans cette forme de thérapie, considérez les informations ci-dessous sur ses utilisations prévues et ses principaux avantages.

C’est parti !

Au sujet de la thérapie comportementale et cognitive


La thérapie cognitivo-comportementale est un type courant de psychothérapie.

Elle consiste à travailler avec un thérapeute agréé et digne de confiance de manière très structurée pour aider à mieux gérer les situations stressantes de la vie.

L’accent est mis sur le traitement des problèmes d’une personne et sur l’amélioration de son bonheur par une meilleure gestion des émotions, des comportements et des schémas de pensée dysfonctionnels.

Elle est axée sur la recherche de solutions, et de nombreux thérapeutes encouragent leurs patients à remettre en question les cognitions déformées et à modifier les comportements destructeurs tout au long du processus.
Cette forme de traitement peut être expérimentée seule ou en combinaison avec d’autres types de thérapie, et constitue un moyen efficace de traiter un large éventail de problèmes de santé mentale:

  • Gestion des symptômes de la maladie mentale,
  • Prévention d’une rechute des symptômes de la maladie mentale,
  • Traiter une maladie mentale lorsque les médicaments ne sont pas une option privilégiée,
  • Apprendre des techniques pour faire face à des situations de vie stressantes,
  • Identifier les moyens de gérer les émotions inconfortables,
  • Résoudre les conflits relationnels et améliorer les compétences en communication,
  • Faire face à un deuil ou à une perte,
  • surmonter les traumatismes émotionnels liés aux abus ou à la violence,
  • Faire face à une maladie physique,
  • Gérer la douleur chronique ou d’autres symptômes médicaux.

De plus, ce type de thérapie peut être bénéfique pour certains types de troubles mentaux, notamment :

  • Dépression,
  • Troubles de l’anxiété,
  • Phobies,
  • SSPT,
  • Troubles du sommeil,
  • Troubles de l’alimentation,
  • Troubles obsessionnels compulsifs (TOC),
  • Troubles liés à la consommation de substances,
  • Troubles bipolaires,
  • Schizophrénie,
  • Troubles sexuels.

Dans certains cas, la TCC est plus efficace lorsqu’elle est associée à d’autres traitements, comme les antidépresseurs ou d’autres médicaments comme la paroxétine (utilisée contre les crises d’angoisses et de paniques).

Le plus souvent, je préconise une approche pluridisciplinaire (prise médicamenteuse, psychothérapie, coaching en TCC).

Il y a t’il des risques ?

En général, il y a peu de risques à suivre une thérapie cognitivo-comportementale.

Mais il se peut que vous vous sentiez parfois mal à l’aise sur le plan émotionnel.

En effet, la TCC peut vous amener à explorer des sentiments, des émotions et des expériences douloureuses. Il se peut que vous pleuriez, que vous soyez bouleversé ou que vous vous mettiez en colère pendant une séance difficile. Vous pouvez également vous sentir physiquement épuisé.

Certaines formes de TCC, comme la thérapie d’exposition, peuvent vous obliger à vous confronter à des situations que vous préféreriez éviter, comme les avions si vous avez peur de voler.

Cela peut entraîner un stress ou une anxiété temporaire.

Cependant, le fait de travailler avec un thérapeute compétent minimisera les risques. Les techniques d’adaptation que vous apprenez peuvent vous aider à gérer et à vaincre les sentiments et les peurs négatifs.

mon approche en thérapie comportementale et cognitive

Comment s’y préparer ?

Vous pouvez décider par vous-même d’essayer la thérapie cognitivo-comportementale et c’est d’ailleurs dans la majorité des cas ce qu’il se passe.

Voici comment débuter :

  • Le coaching (pour plus d’informations, cliquez-ici).
    En trouvant un thérapeute par vous-même, par exemple par l’intermédiaire d’une association de psychologie locale ou nationale ou en effectuant des recherches sur Internet.
  • Passez en revue vos préoccupations avant votre premier rendez-vous et réfléchissez aux problèmes sur lesquels vous aimeriez travailler. Bien que vous puissiez également régler ces questions avec votre thérapeute, le fait d’avoir une idée à l’avance peut constituer un point de départ.

Point important : vérifier les qualifications du professionnel

« Psychothérapeute » est un terme général, plutôt qu’un titre de poste ou une indication d’éducation, de formation ou de permis d’exercer.

Les psychothérapeutes sont par exemple des psychiatres, des psychologues, des conseillers professionnels agréés, des travailleurs sociaux agréés, des thérapeutes conjugaux et familiaux agréés, des infirmiers psychiatriques ou d’autres professionnels agréés, comme les coachs ayant une formation en santé mentale.

à qui la thérapie comportementale en cognitive est-elle destinée ?


Comme c’est le cas pour tout type de thérapie, la thérapie cognitivo-comportementale peut être efficace pour certaines personnes et ne pas l’être autant pour d’autres.

De manière générale, la TCC fonctionne le mieux dans les cas où les médicaments seuls ne sont pas complètement efficaces pour traiter certaines réactions.

En outre, comme elle peut être menée à bien dans un laps de temps relativement court, elle fonctionne bien en prévision d’événements ou d’expériences sensibles au facteur temps, ainsi que dans différents contextes thérapeutiques, notamment la thérapie en ligne et la thérapie de groupe.

Le fait d’être motivé pour apprendre des stratégies pratiques et les mettre en œuvre dans la vie quotidienne peut également contribuer à son succès.

En revanche, si vous n’êtes pas en mesure de vous engager dans le processus, la TCC a moins de chances d’être efficace.

Elle exige une coopération totale pour assister à des séances de thérapie régulières, ainsi que la capacité d’effectuer un travail supplémentaire entre les séances y compris la confrontation d’émotions et d’anxiétés éventuellement difficiles.

Étant donné que l’accent est mis sur la modification de votre capacité à vous aider vous-même, elle n’est pas en mesure d’aborder les problèmes plus larges qui ont un impact négatif sur vous.

En outre, la structure de ces séances peut ne pas convenir aux personnes ayant des besoins de santé mentale plus complexes ou des difficultés d’apprentissage.

À quoi pouvez-vous vous attendre ?


Mon accompagnement en thérapie comportementale et cognitive peut vous permettre de participer à une TCC si vous vivez dans une région où les ressources locales en matière de santé mentale sont rares.

Il faut savoir également que la thérapie cognitivo-comportementale peut se faire en tête-à-tête ou en groupe avec des membres de la famille ou avec des personnes qui ont des problèmes similaires.

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’un groupe de soutien est souvent un facteur de réussite essentiel pour certains individus.

La T.C.C comprend souvent :

  • L’apprentissage de votre état de santé mentale,
  • L’apprentissage de vos réactions psychiques et physiologiques,
  • La sollicitation plus importante du néocortex, pour générer des pensées alignées avec la réalité,
  • Apprendre et pratiquer des techniques telles que la relaxation, l’adaptation, la résilience, la gestion du stress et l’affirmation de soi.

Il est donc évident que cette thérapie permet (en plus de vaincre ses symptômes en devenant peu sensible à eu), d’avoir une vie bien plus épanouie !

Exemple d’une séance de TCC ou d’un accompagnement en ligne

Qu’elle s’effectue en ligne via mon accompagnement ou en cabinet, les points abordés sont les mêmes.

Lors de votre première séance (ou au départ de l’accompagnement), nous recueillerons des informations sur vous au sujet des préoccupations sur lesquelles vous aimeriez travailler.

je vous amènerai également à vous poser des questions sur votre santé physique et émotionnelle actuelle et passée, afin de mieux comprendre votre situation.
Nous ferons également le point sur votre prise médicamenteuse et si vous percevez des effets bénéfiques.

Il se peut que nous ayons besoin de quelques séances (ou de temps complémentaire lors de l’accompagnement en ligne) pour bien comprendre votre situation et vos préoccupations, et pour déterminer le meilleur plan d’action.

Pour simplifier l’approche et l’accessibilité de la TCC et comme je l’ai abordé précédemment, j’ai donc décidé de mettre en place un accompagnement en ligne où je vous prends par la main, accessible 24h/24 et 7J/7 !

Que se passe t’il pendant le durée d’une TCC ?

Je vous encouragerai à parler de vos pensées, de vos sentiments et de ce qui vous préoccupe.
Ne vous inquiétez pas si vous avez du mal à vous ouvrir à vos sentiments.

Vous gagnerez peu à peu confiance en vous.

La TCC se concentre généralement sur des problèmes spécifiques, en utilisant une approche axée sur les objectifs.
Au cours du processus thérapeutique, je vais vous demander de faire des devoirs, activités, des lectures et des pratiques qui s’appuient sur ce que vous apprenez au cours de votre accompagnement en thérapie.

Je vous encouragerai évidemment à appliquer ce que vous apprenez, directement dans votre vie quotidienne.

Quelles sont les 5 étapes de mon approche en tant que Coach Comportemental ?

tcc henri hélias

Mon approche en TCC comporte ces différentes étapes :

  • Vous allez dans un premier temps apprendre tout ce qu’il y a à savoir concernant le fonctionnement physiologique et psychologique de vos symptômes.
    Par la suite, nous allons pratiquer mes techniques de relâchement physique et cognitif pour vous libérer de la charge mentale (nécessaire à l’application de la TCC).
  • Nous allons Identifier les situations ou conditions troublantes dans votre vie.
    Il peut s’agir d’un problème médical, d’un divorce, d’un deuil, de la colère ou des symptômes d’un trouble mental.
    Nous allons passer un certain temps à décider des problèmes et des objectifs sur lesquels vous voulez vous concentrer.

  • Il s’agit ensuite d’une prise de conscience de vos pensées, émotions et croyances concernant ces problèmes.
    Une fois que vous avez identifié les problèmes sur lesquels vous souhaitez travailler, Il peut s’agir d’observer ce que vous vous dites à propos d’une expérience (monologue intérieur), votre interprétation de la signification d’une situation et vos croyances sur vous-même, les autres et les événements.

  • Nous passerons ensuite à l’identification des pensées négatives ou inexactes.
    Pour vous aider à reconnaître les schémas de pensées et de comportements qui peuvent contribuer à votre problème, Nous allons prêter attention à vos réactions physiques, émotionnelles et comportementales dans différentes situations.

  • Dernière étapes : remanier les pensées négatives ainsi que vos croyances fondamentales et consolider.
    Vous serez encouragé(e) à vous demander si votre vision d’une situation est fondée sur des faits ou sur une perception inexacte de ce qui se passe.

    Il se peut très probablement que vous ayez des façons anciennes de penser à votre vie et à vous-même. Avec la pratique, les schémas de pensée et de comportement utiles deviendront une habitude et ne nécessiteront plus autant d’efforts !

Point sur la confidentialité

En dehors de circonstances très spécifiques, vos données restent confidentielles.
Voici la liste de ces circonstances :

  • Menacer de se faire du mal ou de s’enlever la vie immédiatement ou dans un futur proche,
  • Menacer de faire du mal ou de prendre la vie d’une autre personne de façon imminente,
  • Abuser d’un enfant ou d’un adulte vulnérable, d’une personne de plus de 18 ans qui est hospitalisée ou rendue vulnérable par un handicap,
  • Être incapable de prendre soin de soi en toute sécurité.

Comment tirer le maximum de bénéfices de mon accompagnement en thérapie comportementale et cognitive ?

  • Abordez la thérapie comme un partenariat.
    La thérapie est plus efficace lorsque vous participez activement et que vous prenez part aux décisions.
  • Soyez ouvert(e) et honnête.
    Le succès de la thérapie dépend de votre volonté de partager vos pensées, vos sentiments et vos expériences, et de votre ouverture à de nouvelles idées et façons de faire.
  • Respectez votre plan d’action.
    Si vous vous sentez déprimé ou si vous manquez de motivation, il peut être tentant d’abandonner la thérapie. Cela peut perturber vos progrès et la solution est de vous faire une promesse à vous même.
  • Ne vous attendez pas à des résultats instantanés (le délai de 2 mois est selon moi optimal et réaliste).
    Travailler sur des problèmes émotionnels peut être douloureux et nécessite souvent du travail. Il n’est pas rare de se sentir chamboulé(e) au début de la thérapie, lorsque vous commencez à affronter les conflits passés et actuels.

Un bref aperçu d’une technique de Thérapie Comportementale

Comment faire le premier pas ?


J’espère sincèrement que cet article vous a aidé à y voir plus clair concernant la TCC.
SI vous souhaitez en savoir plus sur mon approche et passer tout de suite à l’action contre vos symptômes, vous pouvez cette page en cliquant ici.

Et surtout n’oubliez jamais : vous êtes bien plus que vos symptômes.

Amicalement,

Henri Hélias, Coach Comportemental



Pourquoi le STRESS vous fait MAL au Cœur ?

Pourquoi le STRESS vous fait MAL au Cœur ?

mal au cœur, stress, crainte et frayeur.

Si vous lisez cet article, il est probable que vous subissiez actuellement une crainte excessive, une frayeur notable ou un épuisement psychologique lié au stress.

Qu’il s’agisse d’une facture inattendue ou d’un délai serré au travail, le stress semble aujourd’hui faire partie de la vie.

Bien que vous ne puissiez pas échapper aux nombreux stress de la vie, la quantité d’abattement que vous endurez et la façon dont vous y réagissez peuvent affecter votre santé, et plus particulièrement votre santé cardiaque.

Les maladies cardiaques provoquent chaque année la mort de 140 000 personnes et plus de 4 millions de Français sont traités chaque année pour des maladies cardio-neurvasculaires.

Il est donc capital que vous compreniez comment le stress affecte votre cœur et ce que vous pouvez faire pour y remédier.

Les répercutions hormonale


D’un point de vue biologique, le stress, qu’il soit réel ou perçu, entraîne une réaction de lutte ou de fuite de la part de votre organisme.

Le but de la réaction de stress qui provoque la peur, est de vous sauver d’un danger, comme l’attaque d’un animal sauvage.
Lorsque votre corps ressent du stress, il libère des hormones, à savoir du cortisol et de l’adrénaline, qui augmentent votre rythme cardiaque et votre réactivité afin que vous puissiez vous protéger de la situation dangereuse.

Malheureusement, votre corps n’a pas évolué pour faire la différence entre le stress lié à une situation de vie ou de mort et le stress lié à la pression sociale (par exemple).

Si vous êtes constamment stressé par le travail ou vos responsabilités à la maison, votre corps peut se trouver dans un état chronique de lutte ou de fuite, ce qui signifie que votre rythme cardiaque peut s’accélérer pendant des jours et votre frayeur augmenter quotidiennement.

Quelle est l’impact psychologique et physique du stress sur le cœur ?

le stress et la tension peuvent provoquer des douleurs au coeur.


Le stress chronique est éprouvant pour votre cœur.

L’augmentation constante de votre rythme cardiaque due à cette affliction écrasante, peut accroître votre risque de mort prématurée.
Outre le rythme cardiaque, le stress chronique augmente également la pression artérielle, ce qui accroît le risque de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral.

Sachez qu’il n’y a pas que le stress qui est mauvais pour le cœur.

Vous pouvez également adopter des habitudes malsaines pour vous aider à faire face à la situation, ce qui peut aggraver les effets sur la santé de votre cœur :

  • La suralimentation,
  • La consommation d’alcool pour vous détendre,
  • Le fait de fumer,
  • De prendre excessivement du poids,
  • D’avoir des insomnies et de l’anxiété, ce qui peut également avoir un effet sur votre santé cardiaque.

Quels sont les autres dysfonctionnements provoqués par une telle tension ?


Le stress n’est certainement pas bon pour le cœur, mais il entraîne également d’autres problèmes de santé.

Le stress chronique peut provoquer des troubles gastro-intestinaux, des douleurs chroniques et des changements d’humeur.

En plus des maladies cardiaques, le stress peut également augmenter le risque de développer d’autres problèmes de santé tels que le diabète de type 2, les reflux acides ou les dysfonctionnements sexuels.

Comment gérer son stress pour éviter les problèmes cardiaques ?


Les techniques visant à gérer l’excès de stress sont bénéfiques pour votre cœur, sachez-le !

Pour commencer, vous devez trouver un exutoire sain pour votre excès d’hormone, car oui, il faut éliminer cette vapeur ! L’exercice est un excellent moyen de brûler une partie de votre énergie de stress et de maintenir votre cœur en bonne santé.

Vous pouvez également éliminer la tension et l’adrénaline du stress (et aider votre cœur) en:

  • Adoptant une alimentation saine,
  • Limitant la caféine,
  • Évitant l’alcool et les cigarettes,
  • Dormant suffisamment,
  • Commençant votre journée par 20 minutes de méditation. Le fait de vous concentrer sur votre respiration et sur le silence qui vous entoure, peut réduire le niveau de stress et abaisser votre tension artérielle.

Conclusion

Il est possible d’améliorer à la fois votre stress et la santé de votre cœur en apportant quelques modifications à votre routine quotidienne.
Si malgré ces informations, le stress et l’angoisse prennent de plus en plus de place dans votre vie, n’hésitez pas à consulter l’accompagnement 100% offert que j’ai conçu pour vous !

à très bientôt,

Henri Hélias

Pourquoi le Syndrome de « l’Estomac Stressé » vous gâche la vie ?

Pourquoi le Syndrome de « l’Estomac Stressé » vous gâche la vie ?

comment le stress peut-il provoquer des douleurs à l'estomac ?

Avez-vous parfois l’impression d’avoir un nœud à l’estomac lorsque vous êtes inquiet ou stressé ?

Ressentez-vous une tension nerveuse qui vous donne des fourmillements dans les intestins ?

Si c’est le cas, sachez que vous n’êtes pas seul !

Parmi les symptômes les plus notables du stress, les douleurs à l’estomac sont en haut du classement.
Et d’ailleurs, sachez que l’expression bien connue « se faire du mauvais sang« , est liée au syndrome de l’estomac stressé.

Afin de comprendre au mieux les tenant et les aboutissants d’un tel syndrome, cet article abordera les causes, conséquences et moyens de vous sortir de cet inconfort.

Qu’est ce Qu’un Estomac stressé et nerveux (et comment savoir que vous en avez un) ?

Avoir l’estomac nerveux peut être un phénomène courant chez certaines personnes.
Néanmoins, selon les médecins et la science médicale, il ne s’agit pas d’un état officiel ou diagnostiqué par les professionnels.

La nervosité de l’estomac peut être liée à votre état émotionnel ou à votre santé mentale, à votre santé digestive ou intestinale, ou même à un mélange des deux.

Dans de rares cas, cela peut être le signe d’un problème plus grave.

L’estomac stressé peut également correspondre au fonctionnement naturel de votre système digestif en période de stress intense.

Les symptômes courants d’un estomac nerveux et stressé peuvent inclure:

  • Des fourmillements ou papillons dans l’estomac,
  • Sensation d’oppression, barattage, crampes, nœuds dans l’estomac,
  • Sentiment de nervosité ou d’anxiété,
  • Secousses, tremblements, contractions musculaires,
  • Des flatulences fréquentes,
  • Dérangement d’estomac, nausée,
  • Une indigestion ou sensation de satiété rapide en mangeant,
  • Chaleur, palpitations ou sensation de ballonnement au creux de l’estomac,
  • Une augmentation des mictions et des selles liquides.

Dans de rares cas, un estomac stressé peut affecter fortement les intestins.
Des mictions ou des selles fréquentes ou incontrôlées et parfois des bâillements ou des vomissements peuvent être le résultat d’un estomac assujetti à une forte tension, mais pas toujours.

Quel est le traitement préconisé ?

Un estomac stressé peut souvent être traité par des remèdes maison et naturels, ainsi que par des changements de mode de vie.

Les remèdes à base de plantes

Les herbes médicinales peuvent soulager l’estomac de certaines personnes au moment où les premiers symptômes de tourmente et de frayeur sont ressentis.

Si vous avez des nausées, la racine de gingembre peut réellement vous aider !

Mâchez un morceau de racine, buvez du thé au gingembre, mangez des bonbons au gingembre ou sirotez un soda au gingembre pour en profiter.

D’autres herbes, comme la menthe verte, la menthe poivrée, la lavande (voir notre article) ou la mélisse, sont également des antispasmodiques bien connus : ils peuvent arrêter les spasmes et le resserrement des muscles lisses qui provoquent les fourmillements, les flatulences, les crampes et les maux d’estomac.

Mangez une ou deux feuilles crues d’une plante vivante ou appréciez ces herbes dans un thé, peu importe, car les moyens de réduire vos crampes d’estomac sont multiples !

Pourquoi vous devez éviter la caféine ?


La caféine contenue dans le café peut alimenter la nervosité et l’anxiété, ce qui aggrave le mal que vous ressentez à l’estomac. De plus, le café stimule également les intestins, aggravant les symptômes intestinaux en cas de stress.

Attendez pour boire du café que vos intestins se calment, ou essayez des boissons moins stimulantes en remplaçant la caféine par le théine (thé vert ou thé oolong).

Pratiquer la respiration profonde et de pleine conscience


Le propre des exercice mentaux est de vous aider à vous concentrer sur votre respiration et à vous ramener vers le moment présent.

Ainsi, les respirations dites « profondes » (voir notre guide) peuvent être particulièrement utiles dans la gestion du stress et des angoisses.

Si vous aimez la méditation, ou si vous disposez d’autres astuces mentales qui vous calment, essayez-les, cela ne peut-être que bénéfique !

Pourquoi utiliser un diffuseur d’huile essentielle ?

Les encens à base de plantes, ou les huiles essentielles utilisées comme diffuseurs aromatiques, sont connus pour aider certaines personnes souffrant d’anxiété et de stress.

En effet, leur intérêt est de charger l’air des bienfaits inhérents aux huiles que vous utilisez.

Vous pouvez également achetez des produits contenant des plantes calmantes comme la camomille, la lavande, le vétiver ou la rose.

Pourquoi ressentez-vous de la nervosité dans votre estomac ?

Le plus souvent, vous aurez l’estomac nerveux et stressé parce que votre stress à circulé dans tout votre corps.

Cela peut arriver à tout le monde.

Le cerveau et l’intestin sont reliés par le nerf vague, l’un des plus grands nerfs du corps.
Ce nerf envoie des signaux du cerveau à l’intestin et vice versa, ce qui augmente l’irritabilité et l’irrégularité digestive en cas de panique et de stress aigu.

Si vous présentez régulièrement des symptômes de l’estomac stressé et surtout si vos symptômes s’aggravent progressivement, vous devez peut-être accorder plus d’attention à votre niveau de stress et à votre santé digestive.

Dans de rares cas, l’estomac angoissé ou stressé peut signaler un problème de santé sous-jacent. Si l’estomac stressé est une expérience courante chez vous, je vous conseil de consultez votre médecin.

Il vous aidera à écarter d’autres problèmes qui pourraient affecter votre estomac, comme par exemple :

  • Le syndrome du côlon irritable,
  • l’ulcère gastro-duodénal,
  • Une maladie inflammatoire de l’intestin,
  • Une maladie cœliaque,
  • Des troubles anxieux.

Comment puis-je éviter d’avoir ce syndrome ?

Certains traitements permettent de remédier rapidement à un estomac stressé. Toutefois, s’il s’agit d’un phénomène courant et gênant, voici quelques approches plus holistiques qui peuvent être utiles.

La gestion du stress

Un estomac nerveux et stressé pourrait signifier que vous êtes tout simplement dans un état de nervosité.

Subissez-vous beaucoup de stress ces derniers temps ?
Avez-vous un événement important, un entretien d’embauche ou une expérience éprouvante à venir ?

Il se peut que vous soyez simplement nerveux ponctuellement et que cette sensation passe avec le temps.

En revanche, si vous êtes confronté à des expériences stressantes chroniques et à de nombreux symptômes d’estomac nerveux chaque jour, il est essentiel de trouver du temps et des moyens pour gérer ce stress.

Votre estomac pourrait alors retrouver de l’apaisement.

Pourquoi devez-vous améliorer votre santé intestinale ?

Le syndrome de l’estomac stressé peut indiquer que vous souffrez d’un problème digestif. Cela peut également signifier que le niveau de stress et la santé digestive doivent être améliorés.

Avoir beaucoup d’indigestions, de ballonnements et de sensations d’acidité avec votre système digestif en sont des signes forts.

Essayez d’apporter des changements simples à votre régime alimentaire !

Par exemple, en consommant davantage d’aliments riches en fibres et en probiotiques, ou en prenant des compléments qui en contiennent pour plus de simplicité.

Néanmoins, je vous conseil de consultez votre médecin avant d’apporter des changements majeurs à votre régime alimentaire et de prendre des compléments alimentaire, surtout si vous prenez actuellement des médicaments.

Les bienfaits de l’exercice physique

Trouver un exutoire physique au stress et à l’angoisse peut réduire leur impact négatif sur le système digestif.
L’exercice physique, qu’il soit faible ou intense, agit comme un véritable anti-inflammatoire naturel.

Pour conclure

J’espère sincèrement que ces conseils vous apporteront de l’aide dans la gestion de votre stress.

Afin de déterminé si vos problèmes d’estomac sont lié ou non au stress que vous ressentez, nous pouvons vous aider à préparer votre prochain rendez-vous avec votre médecin.

Notre guide gratuit vous aidera à vous souvenir de ce que vous devez dire à votre médecin et vous donnera des indications sur les questions à poser.

Vous n’avez qu’à passer ce Quizz pour obtenir votre document 100% offert.

A très bientôt,

Henri Hélias

Comment le STRESS agit sur votre PERTE DE CHEVEUX ?

Comment le STRESS agit sur votre PERTE DE CHEVEUX ?

stress et perte de cheveux

Il est très courant que les cheveux changent de texture et d’épaisseur au cours de la vie.

Mais certaines fois, la perte de cheveux peut sembler excessive et anormale, indépendamment du changement de saison, ou d’une éventuelle carence en vitamines.

Cela ne vous facilitera pas forcément la tâche si vous êtes de ceux dont les cheveux semblent s’affiner de jour en jour.

Si vos cheveux s’éclaircissent ou tombent, vous êtes probablement impatient de savoir pourquoi, non ?

La chute de vos cheveux est-elle due au stress, à l’hérédité ou à un autre facteur ? La réponse peut-être « oui » dans les trois cas.

Voici les différentes typologies de perte de cheveux, afin que vous puissiez comprendre dans quel cas vous vous trouvez.

La perte naturelle des cheveux

Cela peut surprendre, mais nos cheveux ne sont pas censés rester indéfiniment dans votre cuir chevelu.
Il existe une durée de vie naturelle pour chaque mèche de cheveux, après laquelle elle tombe naturellement.

En fait, nous perdons environ 100 cheveux par jour, sur les 100 000 que contient le cuir chevelu moyen.

Il faut savoir que la vie d’un cheveu passe par 4 phases distinctes:

La phase anagène: C’est la phase de croissance des cheveux. Elle dure de deux à sept ans
La phase catagène: Il s’agit d’une courte phase de deux semaines qui se produit lorsque le follicule pileux commence à rétrécir.
La phase télogène: Il s’agit d’une phase de repos de trois mois.
Phase exogène: Cette phase se produit lorsque le follicule perd le cheveu et commence à repousser.

Si votre perte de cheveux a été déclenchée par le stress, la gestion de votre stress pourrait être la clé pour retrouver un rythme de croissance sain.

Il faut savoir que cette perte est due à plusieurs facteurs :

  • Le vieillissement : Après l’âge de 30 ans (et souvent avant), les hommes et les femmes commencent à perdre leurs cheveux, mais les hommes ont tendance à le faire plus rapidement,
  • La durée de vie : La durée de vie moyenne d’un cheveu est de 4,5 ans. Le cheveu va ensuite tomber et sera remplacé dans les 6 mois par un nouveau cheveu,
  • La coiffure : Le shampoing, le séchage et le brossage des cheveux peuvent provoquer la chute de quelques cheveux (ce que la plupart d’entre nous faisons régulièrement).

La perte héréditaire des cheveux

La perte des cheveux peut-être génétique et n’est pas due à une chute excessive de cheveux (comme beaucoup le pensent), mais à une quantité insuffisante de cheveux qui repoussent pour remplacer ceux qui ont été perdus.

Le résultat cependant, est le même : des lignes de cheveux fuyantes et la calvitie.

Il faut savoir que la calvitie héréditaire est associée à quelques facteurs :

  • L’âge : à 30 ans, un homme sur quatre est chauve ; à 60 ans, deux hommes sur trois sont chauves ou dégarnis,
  • Le sexe : La calvitie héréditaire est beaucoup plus fréquente chez les hommes que chez les femmes,
  • Hormones : La calvitie commune est associée à la testostérone ; les femmes qui en ont davantage dans leur organisme en vieillissant ont tendance à perdre (ou, techniquement, à ne pas faire repousser) davantage de cheveux.

    C’est également la raison pour laquelle les hommes sont plus nombreux à souffrir de calvitie.

Comment le stress peut provoquer la perte de vos cheveux ?

Vous avez peut-être entendu dire que le stress peut provoquer la perte des cheveux, et c’est vrai.

Alors que les deux premières causes de perte de cheveux sont génétiquement programmées, la perte de cheveux due au stress est peut être plus facilement contrôlée si la tension ressentie peut être gérée.

Un stress physique ou émotionnel excessif comme celui associé à une blessure, une maladie ou une opération, peut provoquer ces 2 types de chutes :

  • L’alopécie :
    Cette perte de cheveux induite par le stress, implique une attaque des follicules pileux par les globules blancs.
    Avec ce type de perte de cheveux, les cheveux tombent également en quelques semaines (généralement par plaques), mais cela peut concerner l’ensemble du cuir chevelu et même les poils du corps.
    Les cheveux peuvent repousser d’eux-mêmes, mais un traitement peut également être nécessaire,
  • Effluvium télogène :
    Dans ce type de perte de cheveux plus courant et moins grave, les cheveux cessent de pousser et restent en sommeil, pour tomber 2 ou 3 mois plus tard. Ils repoussent ensuite dans un délai de 6 à 9 mois.

Les autres facteurs responsables de la perte des cheveux

D’autres facteurs peuvent également provoquer une perte de cheveux (liste non exhaustive) :

  • La chimiothérapie,
  • Les changements hormonaux,
  • La maladie,
  • Les habitudes nerveuses,
  • La grossesse, l’accouchement et la prise de pilules contraceptives.


Si vos cheveux s’éclaircissent ou si vous souffrez de calvitie et que cela semble anormal (c’est-à-dire si vous êtes adolescent ou dans la vingtaine, si le motif est étrange, etc.), il est bon de consulter votre médecin afin d’en déterminer la cause.

En outre, si vous pensez que le stress est en cause, il est toujours bon de réduire le stress lié au mode de vie et de trouver des techniques d’adaptation efficaces pour le stress qui subsiste.

Les ressources suivantes peuvent notamment vous aider.

Apprendre à soulager son stress


Vous ne pouvez pas toujours empêcher le stress de survenir dans votre vie, mais vous pouvez souvent minimiser la quantité de stress que vous subissez, et lorsque vous réduisez le stress dans certains domaines, vous avez plus d’énergie pour gérer le la tension et la nervosité qui ne peut être évitées.

Ces techniques peuvent vous aider à éliminer le stress de votre vie lorsque cela est possible.

Carences et nutrition à surveiller


Une alimentation équilibrée et nutritive composée d’aliments complets est nécessaire à la santé de votre corps et de vos cheveux

S’il est important d’inclure toutes les vitamines essentielles dans une alimentation saine, certaines peuvent être vitales pour la croissance des cheveux :

  • La vitamine C: Cette vitamine est essentielle à la formation du collagène, le tissu conjonctif de la peau, que l’on retrouve dans les follicules pileux. Les aliments qui contiennent de la vitamine C sont les agrumes, le brocoli, les poivrons et les fraises.
  • Vitamine B: Ce complexe de nombreuses vitamines favorise un métabolisme sain, ainsi qu’une peau et des cheveux sains. Les vitamines B se trouvent dans des aliments comme les légumes à feuilles vertes, les haricots, les noix et les avocats.
  • La vitamine E: Cette vitamine contient de puissants antioxydants, qui peuvent contribuer à la santé du cuir chevelu. Les aliments riches en vitamine E sont les graines de tournesol, les épinards, l’huile d’olive, le brocoli et les crevettes.



Si vous ne consommez pas suffisamment de ces nutriments dans votre alimentation, parlez à votre médecin des compléments alimentaires.

Il pourra discuter de vos options et vous recommander le meilleur dosage.
Vous ne devez jamais ajouter des compléments alimentaires à votre routine sans la supervision de votre médecin.

Une bonne hydratation est également essentielle à une bonne santé générale, car chaque cellule de votre corps a besoin d’eau pour fonctionner correctement.

Les hommes devraient viser 15 tasses et demie d’eau par jour, et les femmes 11 tasses et demie. Cette quantité peut provenir des aliments, de l’eau et d’autres boissons.

Un objectif raisonnable est de boire 8 verres d’eau par jour, et de laisser le reste provenir de votre alimentation et d’autres boissons !

Soulager le stress rapidement (et sur le court terme)

Les solutions rapides pour soulager le stress ne sont pas seulement des « solutions de secours ».

Si vous pouvez inverser votre réponse à la tension sur le moment, vous pouvez minimiser votre expérience du stress chronique et sa récurrence au quotidien.

Il est utile d’avoir un plan de gestion du stress assez complet et les techniques qui agissent rapidement en sont un élément important.

Voici quelques techniques de soulagement du stress à action rapide que vous pourriez mettre en place :

Quels sont les habitude anti stress à avoir ?

Certaines habitudes sont très efficaces pour gérer le stress dans l’instant et renforcer la résistance aux éventuelles traumatismes et chocs à venir.

La clé est d’en faire une partie intégrante de votre vie, même lorsque vous ne vous sentez pas accablé par la peur.

Voici quelques moyens d’atténuer le stress qui peuvent améliorer votre capacité à le gérer :

Conclusion

J’espère sincèrement que ces conseils ont pu vous aider à cerner les causes de votre perte de cheveux.
Si malgré tout, le stress et l’angoisse prennent de plus en plus de place dans votre vie, n’hésitez pas à consulter mes accompagnements avancés ici.

à très bientôt,

Henri Hélias